Première marche nordique de la saison 2019-2020 : Broye-Uchon AR



Une marche qui ressemblait plutôt à une fin de saison si on tient compte du côté convivial et de la performance demandée.
Quelques chiffres : 12km, 361m de dénivelé positif, 24km pour ceux qui ont fait l’aller et retour,13 marcheurs à l’aller auxquels se sont ajoutés 2 autres à la croix de Montriond, 1 vététiste (électrique), 22 personnes à table, et 3 pour le retour.
Même s’il y en a qui redoutaient la montée de la Certenue, le parcours ombragé et les conversations autour de la gastronomie, de la nature, du paysage et quelques thèmes plus « olé-olé » ont gommé les difficultés et à 11h nous étions à la croix de Montriond.
La suite du parcours pouvait se faire les yeux fermés pour l’ensemble du groupe et l’arrivée à l’étang de Vauvillard donna lieu à une photo de circonstance.
Traversée rapide de la forêt jusqu’au monument de la résistance où nous avons rencontré Monsieur le Maire d’Uchon en train de fixer les drapeaux pour le 14 Juillet.
A la question à ne pas poser : « c’est encore loin l’auberge ? », son esprit facétieux répondit : « 4 km », ce qui faillit déclencher une révolution avant de se rendre compte qu’il s’agissait d’une blague, puis la vue des toitures de l’auberge redonna le sourire aux plus inquiets avant notre arrivée à 12h45.
Sur le parking, nous retrouvons les conjoint.e.s automobilistes qui nous attendaient depuis peu.
La lecture des menus pendant l’apéro ou l’action conjuguée des deux fit oublier les bonnes résolutions des jours précédents : perte de mémoire pour les uns, jokers pour les autres, une épidémie de procrastination collective se déclencha devant les salades de chèvres chaud, jambonneaux à la crème, tartines du randonneur, fromage blanc à la crème et tartes aux myrtilles arrosés de blanc-cassis, rosé ou vin rouge…
L’eau ?... Nous l’avions bue avant…
Les estomacs alourdis ont fait renoncer la plupart des participants à l’épreuve du retour. Seuls trois personnes osèrent relever le défi qui se fit sans difficulté.
Merci à tous pour cette belle journée dans la bonne humeur.

Initiative à renouveler


L’an passé, nous avions dissocié l’Assemblée Générale d’Arroux-Mesvrin-Uchon-Randonnées et la journée conviviale permettant aux différents adhérents de se retrouver. Un calendrier chargé nous a contraints à les regrouper. Cette nécessité a eu pour conséquence une fréquentation plus importante que d’ordinaire, donc nous renouvellerons certainement cette initiative même si cela demande une organisation plus difficile.
AMUR s’est chargé de l’apéritif et des filets mignons. Michel avait préparé une marinade digne des meilleures tables. Bernard et son petit-fils ainsi que les deux Michel se sont activés autour des barbecues. Chacun, rivalisant d’originalité, avait apporté entrées, fromages, desserts et boissons.  . Les ardeurs du soleil ont cependant calmé nos velléités de nous mesurer à la pétanque ou à des jeux de plein air.
Cette journée aura été une belle réussite.














Par un chaud matin de juillet

La valeur n'attend pas le nombre des années...Mais pour certains elle perdure malgré le nombre des années quand il s'agit de trancher quelques branches d'arbres qui serviront de pâture aux petites bêtes et aux champignons xylophages que Brigitte nous a appris à aimer et protéger. 
Avec leurs 75 ans de moyenne d'âge, 3 Amuriens se sont donné comme mission de dégager un impressionnant  amas de troncs et de branchages, barricade verte dont certains randonneurs nous ont fait une description apocalyptique. 
Noël, le plus jeune de la bande et le seul capable de se servir d'une tronçonneuse en de telles circonstances attaque méthodiquement le chantier. Ses 2 acolytes dégagent les branchages et les fûts débités. 
La machine se montrant récalcitrante, nous assistons à un événement digne d'être raconté car c'est une première pour nous : l'énorme colère de Noël. Au paroxysme de l'énervement, il  invective l'engin... "ZUT" Ce juron suranné, désuet, démodé, gros mot toléré  dans nos vertes années fait souffler un vent de fraîcheur sur la forêt et chatouille nos oreilles agressées d'ordinaire par des termes mille fois plus orduriers. 
Profondément vexée, la tronçonneuse consent à démarrer. Au bout d'une heure de dur labeur, la voie est libre. Nous pouvons même, sur le chemin du retour nous permettre de camoufler une bâche en plastique bleue qui agresse le regard et couper quelques branches un peu gênante, histoire d'utiliser tout le carburant.
En tout, déplacements compris, nous avons travaillé 3 heures à 3.
 Une autre version de cette matinée est consultable sur le site d'AMUR dans la rubrique "Actualités".







47ème et dernière marche nordique de la saison: La Louvetière

2 marcheurs seulement ! La canicule de ces derniers jours était sûrement la raison de ce faible effectif. 
La marche en sous-bois ombragé nous a protégé des rayons de soleil déjà ardents.
Quelques arbres tombés ont ne nous ont pas gênés excepté le magnifique hêtre que nous avons dû contourner en balisant notre passage. Le premier , nous sommes passés dessous et le deuxième était soigneusement découpé pour permettre le passage d'une personne à la fois : merci aux attilas !
La marche nordique continuera en juillet et août dans la mesure du possible mais nous souhaitons bonnes vacances à ceux qui seront absents pendant la période estivale .
Bonnes vacances et à la rentrée.

Chamilly et ses environs


Après la forte mobilisation de la semaine précédente due à l’organisation de la randonnée gourmande et compte-tenu des multiples sollicitations du mois de juin, il n’était pas très surprenant que nous ne nous retrouvions que seulement cinq au départ de Chamilly.



Les 13 kilomètres du parcours ont été marqués par la diversité des centres d’intérêt.

Les villages de Chamilly et Nantoux sont charmants. On y retrouve des vestiges du passé restaurés et bien mis en valeur, de coquettes maisons de pierre, une propreté remarquable  et un décor original avec de grands tirages photographiques représentant des habitants dans des environnements qui leur sont chers.

Nous sommes tombés un peu par hasard sur le splendide domaine d’Aubigny qui semble vivre pour l’instant plus qu’au ralenti.

Enfin nous avons marché sur les traces des Chasséens dont nous pouvons comprendre l’existence quotidienne grâce à de nombreux panneaux didactiques.



A l’arrivée, nous avons apprécié la petite collation traditionnelle. Un ancien four à pain communal restauré en 1910 nous a abrités du soleil annonciateur du début de la canicule. 






























Le château de Chamilly mentionné dès le XIIème siècle a été pas mal modifié au cours des siècles pour parvenir à sa forme actuelle. Il a été inscrit au patrimoine des Monuments Historiques en 2015 mais il ne se visite pas.
Le dernier seigneur de Chamilly a fini ses jours sur l'échafaud en 1794, sous la Révolution.
Actuellement, les occupants se consacrent à l'activité viticole consacrée aux vins de la Côte chalonnaise.