MARCHE AUTUN-LE CREUSOT


Pour vous rendre aux points de départ et pour le retour, groupez-vous par véhicule. 
En cas de difficulté, 2 navettes de 50 places sont mises à disposition au prix de 4€/p.pers. pour rejoindre les points de départ d'Autun et de Broye uniquement.
Places disponibles dans chaque navette :

AUTUN : 49
BROYE : 50

Pour vous inscrire, téléchargez et renvoyez le papillon ci-dessous.


Jeudi 6 février, marche douce au soleil de Broye.


Non, il n’était pas blond notre guide et ne s’appelait pas Nathalie. Non, il ne nous a pas parlé de la révolution d’octobre, ni des plaines d’Ukraine. Nous n’avons pas marché dans la neige sur la Place Rouge, ni vu le tombeau de Lénine, ni bu un chocolat au café Pouchkine…
Notre guide, c’était Bernard. Nous l’avons suivi jusqu’au Menhir de Charmeau, sur le GR 131 qui passe aux Gautheys, longe un ruisseau tumultueux, traverse la route départementale et monte à la Certenue. Mais marche douce oblige, il était plus raisonnable de faire demi-tour aux Petits, après une pause lecture-de-paysage.  Nouvel arrêt à Maupois où nous nous sommes longuement interrogés sur les « issues » sur la pancarte de l’ancien moulin Chanliau. Enfin, dernière mini pause sur le pont qui enjambe le fougueux Mesvrin en crue et retour au bourg de Broye par la route.
Alors ? Que sont donc ces « issues » ?                                                                     Vous donnez votre langue au chat ? 
Après le broyage du blé, il faut  blutter, c'est-à-dire tamiser pour séparer la farine blanche, fine et lisse, qui vient du coeur du grain, de ce qu'on appelle les issues, principalement constituées par les enveloppes formant le son.
















La Certenue ? non... Uchon ? oui !

Notre sortie sur la Certenue depuis Broye ne sera pas pour aujourd'hui , la météo ne semble pas favorable. C'est au dernier moment que nous projetons de nous donner rendez-vous sur la parking des rochers du Carnaval à Uchon et 12 "nordic walkers" sont présents à 9h.
Après un rapide mais indispensable échauffement, nous allons en direction de l'auberge de Messire Jean et descendons le sentier en direction du monument de la résistance. Nous traversons la route pour rejoindre l'étang de Vauvillard en passant par la forêt. Nous saluons notre ami smiley dont la barbe verte a poussé. En montant le sentier qui rejoint le GR, nous faisons une rencontre inattendue : des aurochs ? non mais alors quelle est cette race ? Il s'agit d'un couple de petits bovins écossais, des "Highlands cattle " qui veillent sur leur petit. Belle image avant la bifurcation du sentier Croix de Montrion- Le Prieuré. 
Au niveau de la D228, nous ressentons les premières gouttes de pluie qui vont aller en s'intensifiant. 
Un petit détour jusqu'au "chêne du lot", arbre remarquable classé, majestueux au milieu d'une forêt de résineux. Bruno, notre nouveau camarade de jeu, ne semble pas choqué par les remarques "limites" comparant les participants aux fruits de ce noble feuillu. Il en entendra d'autres, d'autant plus qu'il n'y a pas d'esprit chagrin dans le groupe.
La pluie abondante nous obligera à raccourcir le parcours et après avoir traversé la digue entre les deux étangs du Prieuré, nous rejoignons directement nos véhicules.
Nous avons tout de même fait une boucle de presque 10 km.
Nul doute que chacun fera ses étirements consciencieusement après la douche à la maison.
Maman et bébé


Le papa


Le chêne du Lot.
Contrairement aux apparences, il n'y a pas de glands

Des marcheurs trempés, lessivés mais de bonne humeur

En remontant le courant !


Ce samedi matin, au plan d’eau d’Autun,  une promesse d’une belle matinée avait tiré 11 marcheurs nordiques d’un lit bien douillet 
Cela a été aussi l’occasion de souhaiter la bienvenue à Bruno, Broyant depuis peu, et qui avait exprimé le souhait de découvrir avec nous cette discipline.
Départ du plan d’eau avec un échauffement nécessaire...la montée pour atteindre la Pierre de Couhard ne se fera pas au pas de course, mais la difficulté n’aura pas entamé la bonne humeur du groupe !
Puis grimpette le long du ruisseau de la cascade, cheminement qui n’a pas laissé indifférents nos marcheurs...c’était vraiment beau ! Au pont de fer, un peu de renforcement musculaire qui laissera quelques traces !! Le squat, rien de tel pour avoir de belles cuisses!!lol !
Et c’est le retour par le chemin des gorges...le temps de retrouver, pour certains, une âme d’enfant !! Eh oui, sautiller avec des bâtons, c’était très loin dans les mémoires … !
La descente sur le champ de tir se fera à allure vive...et sans chute !
IL était impossible de boucler le circuit sans consommer nos dernières forces sur les « machines » autour du plan d’eau !!
Pour une reprise, 9km … avec un temps de parcours très acceptable, le niveau monte, monte !!
Et Bruno ? Je crois bien qu’il sera une excellente recrue , reste à concrétiser !
(CR rédigé par Pascal)




Marche douce à « La Pissoire ».


La Pissoire de St Sernin est plus modeste qu’une cascade, moins poétique qu’une cascatelle. Parfois, suite à un orage, elle se révèle incontinente, démesurée alors qu’en période de sécheresse prolongée, elle se transforme en modeste escarpement que dévale  en sautillant une chtite picherotte.
Ne confondons surtout pas avec « Le pissoir » ancêtre du pot de  chambre.
Le ruisseau de la Pissoire ainsi que les eaux issues du marais de la Fontaine Sainte alimentent l’Etang de la Velle, une réserve en eau utilisée comme source d’eau potable. La pollution chronique induite par le ruissellement sur les routes est purifiée par la flore et la faune qui cohabitent au sein des prairies humides en amont de ce plan d’eau.
La balade de 6 km ne  présente pas de difficultés pour les 20 participants accompagnés de nos 2 chiens habituels. Ils déclenchent sur leur passage des concerts d’aboiements de la part de leurs congénères impatients de sortir leur maître pour la promenade quotidienne ou, pour les plus chanceux,  nostalgiques des parties de chasse hebdomadaires.
Le temps était frisquet mais le soleil  rendait la température  tout à fait supportable.




 





                                                            La Pissoire.